Les fêtes de fin d’année en Amérique latine : chaleureuses et colorées

Les fêtes de fin d’année en Amérique latine : chaleureuses et colorées

Les fêtes de fin d'année en Amérique latine : chaleureuses et coloréesEn Amérique latine comme en Espagne, la fin de l’année est l’occasion de belles fêtes : repas typiques, superstitions héritées des peuples précolombiens ou encore traditions chrétiennes. 

Tous les pays sont attachés à la crèche qui représente la naissance de Jésus. Elle est souvent disposée au pied du sapin de Noël, présent au Brésil comme en Colombie, en Argentine ou au Mexique et dont l’origine remonte aux Vikings.

À table, on mange une dinde farcie accompagnée de pommes de terre, de riz ou de tamales, des sortes de papillotes amérindiennes. Les Caribéens aiment rajouter à ce copieux plat des poissons grillés et du porc.

En Amérique du Sud, Noël et le Nouvel An se déroulent en été, et donc en plein air, autour de barbecues et arrosés de boissons typiques, tequila, punch, canelazo et j’en passe. À minuit, les plus religieux se rendent à la messe, d’autres ouvrent les cadeaux ; en tout cas tous finissent par faire la fête.

Voilà, vous savez tout, à bientôt pour une nouvelle chronique sur Capsao.


Diego

Copan au Honduras : une forteresse maya au coeur de la jungle

Copan au Honduras : une forteresse maya au coeur de la jungle

Copan au Honduras : une forteresse maya au coeur de la jungleJe vous emmène à Copán, au Honduras. À la frontière avec le Guatemala, perdue au milieu des montagnes, c’est la deuxième plus grande ville fondée par les Mayas dans la région et également la plus au sud de l’empire.

Après avoir posé vos valises à Copán Ruinas, petit village qui s’est développé grâce au tourisme, direction l’immense site archéologique : plus de 300 000 m2 de vieilles pierres mystiques situées en pleine jungle.

Celle que l’on surnomme l’Alexandrie des Mayas connaît son âge d’or au 7e siècle de notre ère. Près de 30 000 personnes vivaient ici et leur existence était totalement dédiée à l’adoration des dieux et à l’étude de l’astronomie.

C’est sur la grande place que l’on trouve les plus beaux vestiges de Copán, notamment de magnifiques stèles à l’effigie des rois mayas. Tous les 20 ans plus ou moins, une nouvelle stèle était inaugurée. La plus remarquable : celle d’un souverain appelé « 18 lapins ». Autres monuments d’intérêt : l’escalier hiéroglyphique avec un texte maya de plus de 2000 symboles ou encore le fameux jeu de balle. Après chaque match, les perdants étaient sacrifiés.

Pour finir, direction le musée de Copán : on y trouve une reconstitution du Temple Rosalia et plein d’autres sculptures.

C’est au Xe siècle que Copán est abandonnée, vraisemblablement à cause de la déforestation. Selon les scientifiques, cela aurait entraîné un appauvrissement des sols et donc l’impossibilité pour les Mayas de cultiver. Ils s’enfuient donc pour des terres plus prospères.

C’est ici que je vous laisse, à bientôt pour un nouveau voyage sur Capsao.


Diego

À la découverte des îles du Salut en Guyane

À la découverte des îles du Salut en Guyane

À la découverte des îles du Salut en GuyaneJe vous emmène sur les îles du Salut, en Guyane. Au nord-ouest du territoire, à 15 kilomètres au large de Kourou, ces trois îlots d’origine volcanique sont un haut lieu touristique, mais aussi historique.

Pour s’y rendre, il faut prendre la navette, un grand catamaran, depuis Kourou. On s’approche en quelques minutes de l’île Saint Joseph et l’île Royale, que l’on peut visiter et l’île du diable. C’est la plus petite des trois et on ne peut plus y aller, le débarquement est interdit.

C’est dans cet archipel paradisiaque que se trouvait le célèbre bagne de Guyane, fermé en 1947. C’était l’une des prisons les plus connues au monde. Aujourd’hui, les vieux murs à la peinture décrépie sont recouverts par la végétation luxuriante.

Un sentier fait le tour de l’île Saint-Joseph, la plus sauvage de toutes. On passe devant les vestiges du bagne, ils en disent long sur les conditions de détention des prisonniers de l’époque. On a en prime une vue magnifique sur les deux autres îles.

Le bateau vous emmène ensuite sur l’île royale, l’île principale. C’est ici que se trouvaient les bâtiments administratifs et l’hôpital du bagne. Pour finir, plongez dans les eaux bleues de l’Atlantique avant d’accrocher votre hamac à deux cocotiers et passer la nuit seul, en mode Robinson Crusoé.

C’est ici que je vous laisse, à bientôt pour un nouveau voyage sur Capsao.

Diego

À la découverte de Saint-Anne, à la Martinique

À la découverte de Saint-Anne, à la Martinique

À la découverte de Saint-Anne, à la MartiniqueJe vous emmène à Saint-Anne, en Martinique. Ce village pittoresque du sud de l’île est une destination incontournable de tout voyage dans cette partie des Antilles.

Imaginez, une station balnéaire à taille humaine, ou flotte une douce odeur d’été interminable. Saint-Anne a des atouts indéniables : sa vingtaine de kilomètres de sable blanc, l’étang des salines et ses marais salants côté nature ; ses maisons colorées, et ses petites places de charme côté ville.

Sur la mer des Caraïbes, essayez-vous au Kite surf, au char à voile ou évidemment à la plongée. Dans les terres, parcourez les nombreux sentiers à pied ou à cheval, dans la nature tropicale. Un chemin traverse même une de mes randonnées préférées de l’île : la savane des pétrifications, un mini désert qui relie deux magnifiques plages : l’anse à Prunes et l’anse Trabaud.

Pour terminer la journée, attablez vous au marché local : punchs, liqueurs, confiseries fait maison, épices, les saveurs de la Caraïbes vous attendent.

C’est ici que je vous laisse, à bientôt pour un nouveau voyage sur Capsao.

Diego

À la découverte de Marie-Galante en Guadeloupe

À la découverte de Marie-Galante en Guadeloupe

À la découverte de Marie-Galante en GuadeloupeJe vous emmène à Marie-Galante, en Guadeloupe. Cette petite perle située à une quarantaine de kilomètres de Pointe-à-Pitre par la mer est encore préservée du tourisme de masse et pourtant, c’est un joyau des Caraïbes qu’il faut absolument visiter.

Ici, les gens ont conservé un mode de vie rural. On la surnomme d’ailleurs l’île aux 100 moulins pour sa forte activité agricole, on y cultive depuis des siècles la canne à sucre et ne soyez pas surpris de croiser plus de charrettes que de voitures.

Certaines plages de sable blanc comptent parmi les plus belles des Antilles. Je pense à celle d’Anse Canot ou de la Feuillère, à quelques minutes à peine du ravissant village de Capesterre.

Si vous aimez la plongée, vous allez être servis. L’eau est turquoise et les fonds marins sont à couper le souffle.

Ne manquez pas chaque année au mois de juin la traditionnelle course de bœufs tirants. D’énormes bêtes s’affrontent, tirant un chariot. L’objectif : arriver le plus vite possible tout en haut de la colline.

Vous prendrez bien un bon rhum local pour vous remettre de vos émotions ? Oui ? Tant mieux, car Marie-Galante compte deux distilleries : Bellevue et Bieille. Toujours avec modération.

C’est ici que je vous laisse, à bientôt pour un nouveau voyage sur Capsao.

Diego

Inscription newsletter CapSao

Recevez les dernières infos de CAPSAO la radio Latine !

Votre inscription a bien été prise en compte, merci !