L’Atole, une boisson sucrée d’Amérique Latine

L’Atole, une boisson sucrée d’Amérique Latine

Aujourd’hui au menu chez Radio CAPSAO s’invite une boisson sucrée précolombienne « l’atole »

 

L’atole est une boisson chaude sucrée principalement consommée au Mexique, au Guatemala et plus généralement en Amérique Latine dont l’origine remonte à l’époque précolombienne. L’atole est réalisée à base de farine de maïs diluée La préparation est ensuite cuite dans de l’eau ou du lait pour augmenter la viscosité. Pour la parfumer on peut rajouter avant la cuisson de la fleur d’oranger, de l’anis, de la vanille, de la cannelle, du cacao, chocolat (on l’appelle alors champurrado). Pour la rendre plus nutritive on peut même mélanger l’atole avec du jus ou de la pulpe de fruits.

Le mot Atole provient du nahuatl « atolli », diminutif péjoratif du mot atl, qui signifie « eau »). L’atole est la boisson parfaite à déguster pendant les périodes les plus froides de l’année. Traditionnellement, elle est consommée pendant la saison des vacances, même si elle est consommée les autres jours de l’année pendant le petit déjeuner et le dîner accompagné des bons tamales.

Maintenant, à vos fourneaux et n’hésitez pas à en faire profiter l’équipe CAPSAO !!

Michelle.


Sources :

La rumba une danse pas comme les autres !

La rumba une danse pas comme les autres !

Si vous aimez la danse, « la Rumba » vous dit sûrement quelque chose. Mais si ce n’est pas le cas, pas de panique, car Radio Capsao vous dit tout ici !

La Rumba est un art créé aux rythmes des tambours, des danses et des paroles; et qui nous arrive directement de la Havane. On l’appelle « la danse de l’amour » grâce notamment à son rythme posé et à sa sensualité.

La rumba est la danse de la séduction par excellence. Elle peut se danser en couple ou en solo. A deux, la main de l’homme reste collée aux reins de sa partenaire… Hé oui messieurs : aux reins et pas plus bas.

En soirée cette danse devient une conquête sensuelle. Il y-a ainsi systématiquement un contact visuel intense entre les partenaires qui jouent à la séduction en mêlant aux poses langoureuses, des mouvements endiablés, des mouvements calientes.

Si vous avez des fourmis dans les jambes, et surtout si vous avez l’envie d’impressionner tous vos amis en esquissant quelques pas venus directement de la Havane, il faut savoir que la rumba est une danse avec un rythme musical à 4 temps, un peu comme la salsa.

On peut compter en partant de un : 1…, 2-3-4- … 1…, 2-3-4. Bon.. Dis comme ça c’est facile, mais croyez-moi, même avec deux pieds gauches, on peut y arriver.

C’est une danse magique qui nous amène au paradis du mojito. On vous invite à essayer.

A bientôt !

Michelle


Sources

Du Reggae au Reggaeton : les origines du son du perreo

Du Reggae au Reggaeton : les origines du son du perreo

Si Radio CapSao dit «reggaeton» vous pensez sûrement à Daddy Yankee, Wisin&Yandel et Don Omar. Mais saviez vous que le son du perreo est un genre musical qui proviendrait du reggae latino-américain, né dans les années 70 au Panama.

Et oui !! Le reggae en espagnol a été introduit par des immigrés jamaïcains qui étaient arrivés pendant les travaux du canal de Panama. Ils y ont apporté avec eux la musique reggae et l’ont transmise à la population locale.

Mélangé avec un zeste de musique locale, le reggae du Panama ouvre la voie au Reggaeton que nous dansons aujourd’hui avec le perreo. Mais attention, on ne parlait pas encore de « Reggaeton ».

 

                           

C’est ainsi que le monde a pu découvrir, dans les années 90, les sons du « Géneral » avec ses hits comme « Te ves buena », ou « tu pum pum » qui sont aujourd’hui des classiques de la musique urbaine latino-américaine.

Le mot « Reggaeton » est né dans les années 90 à Puerto Rico.

Ce genre musical s’est établit comme un son génial et différent du reggae hispanophone. Comment ne pas oublier « le Son bow » du Géneral au milieu des 90, avec son mélange de reggae, rap, funk, dancehall et dem bow.

                          

20 an après, El General est considéré comme l’un des pionniers du reggaeton à Puerto Rico et au Panama.

Le Reggaeton a révolutionné le monde international dans les années 2000 avec des artistes comme Daddy Yankee, Tego Calderón, et Don Omar désormais considérés comme des artistes incontournables de ce genre musical.

à Bientôt !!!

Michelle


Sources:

Le pepián, un délice guatémaltèque

Le pepián, un délice guatémaltèque

Aujourd’hui au menu chez radio CapSao, s’invite un délice précolombien qui nous arrive tout droit du Guatemala. Il s’agit de l’incontournable « Pepián » , un plat typique à tester sur place.

Le pepián est un ragoût traditionnel du Guatemala. Il a été inventé par les Kaqchiquels (groupe ethnique issu de la population maya) de la région de Chimaltenango, au nord-ouest du pays. L’origine de ce plat remonte à l’époque pré-hispanique. Avant l’arrivée des espagnols, l’alimentation des Mayas était essentiellement constituée de maïs, d’haricots, d’herbes et de « chile ». En fait, les Mayas servaient le pepián pendant les cérémonies, car le chile était une offrande pour les Dieux.

( Photo: Johan Ordóñez/AFP)

( Photo: Johan Ordóñez/AFP)

Pendant la conquête espagnole, l’influence hispanique se mélange à l’art culinaire autochtone. Les mayas évoluent donc en ajoutant de la dinde et du riz. Aujourd’hui, Le pepián est un plat contenant de la viande (Bœuf, dinde, poulet ou porc), des tomates, des miltomates (petites tomates vertes), du chile (piment fort), du sésame et de la pepitoria (graines de courge) ; le tout accompagné d’une sauce rouge ou verte (tout dépend de la préparation). La sauce se fait à base de jus de cuisson de viande, de jaune d’œuf et de graines de courge moulues.

Le pepián s’accompagne généralement avec du riz et des légumes : güisquil (légume que l’on ne trouve pas en Europe), ejotes (haricots verts), patate et carottes.

Il ne faut pas oublier l’incontournable tortilla de maïs et quelques bouts d’avocat, surtout si vous avez la main lourde sur le chile.

Maintenant, à vos fourneaux et n’hésitez pas à en faire profiter l’équipe CAPSAO !!

Michelle


Sources:

 

La Pupusa – El Salvador

La Pupusa – El Salvador

Aujourd’hui au menu chez radio CapSao, s’invite un plat fraichement cuisiné sur les marchés de San salvador : « las pupusas ».

La Pupusa est l’une des nourritures préférées et des plus exquises de la cuisine salvadorienne. Un savoir traditionnel transmis de génération en génération depuis l’époque précolombienne. L’origine du mot « pupusa » provient du « pipil » « pupusawa » qui signifie tortilla de maïs épaisse, en français.

En fait, la Pupusa c’est une grosse tortilla de maïs faite à la main (à base de farine de maïs). Elle est garnie avec un ou plusieurs ingrédients. La cuisson de la pupusa se fait traditionnellement sur un « Comal de Barro » (une plaque d’argile) chauffé au bois.

Les ingrédients de la garniture de la pupusa varient : la plupart du temps, on trouve des pupusas au fromage, aux haricots, aux chicharrón (gratons), aux épinards, au poulet, à la viande, ou au loroco (une fleur aromatique comestible d’Amérique centrale.).

Il n’y a pas d’ingrédients obligatoires pour autant, on fait comme on veut ! On peut les accompagner avec une sauce tomate, du piment et du « repollo » (du choux, en espagnol).

Enfin, pour les gourmands, sachez qu’une pupusa équivaut à 350 calories ! Nourrissante, elle fait partie du régime quotidien des salvadoriens.

Maintenant, à vos fourneaux et n’hésitez pas à en faire profiter l’équipe CAPSAO !!

Michelle.


Sources

Inscription newsletter CapSao

Recevez les dernières infos de CapSao la radio Latine !

Votre inscription a bien été prise en compte, merci !