Le Portugal et l'Espagne prennent des mesures fortes pour aider les populations les plus fragiles


09 avril 2020

A l’heure où l’isolement chez soi et la chute de l’activité économique font de véritables dégâts dans les foyers, renvoyant des salariés au chômage partiel et des entreprises à des situations précaires qui risquent de leur être fatales, des états font le maximum pour aider économiquement leurs populations.

C’est le cas du Portugal qui n’est pas loin d’être un exemple en la matière, y compris dans celle d’avoir préparer la pandémie et le confinement. Nous évoquions dans un précédent article toutes les mesures mises en place très tôt sur le plan sanitaire, y compris le fait que le gouvernement de Lisbonne avait choisi de régulariser tous les sans papiers (ou en cours de régularisation) pour les mettre sous la protection de la santé publique. La ville de Lisbonne vient de franchir une nouvelle étape en suspendant le paiement des loyers des ménages plus modestes dans les HLM, pour les aider à surmonter économiquement l’épidémie. Ainsi, les locataires des logements sociaux (environ 24 000 foyers dans la capitale portugaise) pourront ne plus payer leurs loyers jusqu’au mois de juin ! Ce qui représentent quand même 70 000 personnes parmi les plus précaires qui en profiteront. Notons tout de même que cette mesure a aussi été adoptée dans des grandes villes comme Barcelone ou Berlin, alors qu’à Paris, par exemple, on se contente pour l’instant « d’encadrer » les loyers pour en endiguer la hausse… ce qui n’a pas manqué de faire se lever des voix pour demander que la même chose soit appliquée dans la capitale française, à Lyon ou Marseille…

Une autre mesure d’envergure à destination de la population est mise à l’étude par l’Etat espagnol, et elle pourrait être une véritable révolution non seulement dans le pays mais aussi en Europe : la mise en place d’un revenu universel durable. Rappelez-vous, ce projet avait été proposé par un ou deux candidats lors des dernières élections présidentielles françaises et avait été reçu à renforts de quolibets et de procès en candeur et en inconscience par les garants du système actuel qui fonctionne si bien…

Ce mythe, cette « folie », risque donc devenir réalité en Espagne où l’on prépare déjà l’après-coronavirus et la lutte contre les impacts néfastes de la pandémie sur l’économie du pays. Cette mesure d’un revenu minimum vital, que la Ministre des Affaires Sociales Nadia Calviño souhaite mettre en place « dès que possible », aurait même vocation à durer dans le temps pour devenir « un instrument structurel et permanent ». Jugée comme une hérésie il y a encore 2 ans, l’idée même d’un revenu universel est de plus en plus défendue sur le plan mondial, estimée comme une solution plus que pertinente en tous cas pour traverser la présente crise sanitaire.

Source : lefigaro.fr / PositivR

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article