Banksy, tague le métro de Londres et interpelle la population au port du masque


20 juillet 2020

Banksy, le street artiviste citoyen tague le métro de Londres et interpelle la population au port du masque

Banksy s’empare une nouvelle fois de la rue pour adresser un message à la population. Un message d’intérêt public que partage l’équipe CAPSAO : le port du masque dans les transports en commun.

Dans une vidéo postée sur son compte instagram (qui compte 9.8 millions d’abonnés), on voit une homme déguisé en agent d’entretien, employé pour désinfecter le métro londonien. On peut présumer qu’il s’agit du street artiste lui-même, qui demande aux voyageurs de s’éloigner afin de… taguer au pochoir les wagons du métropolitain. Il y peint des rats dans des situations liées à la pandémie.

Son oeuvre s’intitule « If you don’t mask - you don’t get » ce qui signifie : « Si tu ne portes pas de masque, tu ne montes pas ».

Capture d’écran 2020-07-15 à 20.22.37.png (372 KB)

Si le Transport for London (TfL), responsable du métro britannique, a apprécié la démarche du street artiste d’encourager les usagers à porter un masque, l’oeuvre de Banksy a été effacée, en raison de la politique anti-graffiti stricte de l’entreprise.

Ce n’est pas la première fois que l'artiste affirme une position en lien avec l’actualité sur la pandémie : il avait par exemple rendu hommage aux personnels hospitaliers.

A la fin de la vidéo, Banksy fait un clin d’oeil a une chanson des Tubthumping de Chumbawamba de 1997 en taguant sur les portes du métro « I get locked down, but I get up again », même si ce n’est pas de la musique latine, on valide cette référence !

Capture d’écran 2020-07-15 à 20.23.37.png (236 KB)

Petit rappel : les rats utilisés dans cette nouvelle oeuvre éphémère sont les mêmes que l’artiste a utilisée chez lui en avril dernier, durant le confinement. Cette oeuvre s’intitule « Ma femme déteste quand je travaille à la maison », car il avait graffé dans sa salle de bain... quel farceur ce Banksy !

Source : euronews.com

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article