Tauromachie à Bogotá : les règles du jeu changent 


23 juin 2020

Tauromachie à Bogotá : les règles du jeu changent 

La Maire de Bogotá, Claudia Lopez, a proposé de nouvelles mesures plus humaines et moins meurtrières dans le monde de la corrida. Elle espère ainsi décourager ce type de spectacle barbare.

Mercredi 10 juin dernier, le Conseil Municipal de la capitale colombienne a approuvé six mesures pour interdire « les instruments qui lacèrent, coupent, mutilent, blessent, brûlent ou font mal, de quelle que forme que ce soit, aux animaux, de même que la mise à mort du taureau ». C’est une vraie révolution. Les corridas sont organisées dans l’une des places taurines les plus anciennes d’Amérique depuis 1931.

Claudia Lopez espère ainsi venir à bout de 89 ans de maltraitance animale. Une bataille de gagnée mais pas encore la guerre. Car le vote du Conseil Municipal ne suffit pas à interdire les trois corridas annuelles qui sont célébrées dans les arènes de Santamaria. Pour stopper cette pratique, seul le Parlement a un droit de veto. Mais l’annonce de la Maire de Bogotá a l’intérêt d’être une façon d’intimider.

C’est une petite avancée dans ce pays d’Amérique Latine, même si aujourd’hui, la mise à mort des taureaux et toujours autorisée dans certains pays comme la France, l’Espagne, le Portugal, le Pérou, le Vénézuela, le Mexique, la Bolivie, ou encore l’Équateur.

Source: PositivR.fr

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article